DT092 // portes de Paris îlot D2

Laisser un commentaire
bureaux, logements, mixité

porte de Paris îlot D2 à Saint-Denis, 93.

maîtrise d’ouvrage: Bouygues Immobilier
maîtrise d’oeuvre: Brenac et Gonzalez architectes

 

/ concours lauréat!
/ concours: 2011
/ surface: 10 880 m² shon
/ estimation coût des travaux: 16 000 000 € HT
/ mission: concours pour Brenac et Gonzalez architectes

 

 

 

empilements
Afin de conserver la cohérence de la réflexion urbaine menée par A. Grumbach, nous avons opté pour une structure en «peigne». Ceci nous permet en effet d’offrir à la fois une frontalité stricte, urbaine, continue et tertiaire sur l’av. Casanova et une échelle plus domestique, avec une alternance de plots bâtis et de jardins sur la place Dumont. Notre démarche s’inscrit strictement dans le vélum demandé et tente également de créer une continuité esthétique entre l’immeuble de logements et celui de bureaux afin de créer une véritable identité commune. La rencontre de ces deux «histoires» se joue principalement par les retournements latéraux sur les voies secondaires des bâtiments qui créent le trait d’union et le dialogue.

les bureaux
Afin de ne pas constituer une frontalité monolithique, la longueur du bâtiment de bureaux a été fragmenté à la fois dans sa longueur et dans ses hauteurs. Ces différentes dispositions renforcent les angles, leurs retournements sur les voies latérales et la présence d’un axe central. L’accès principal des bureaux a été placé sur l’av. Casanova. Il est particulièrement valorisé avec son grand volume vitré, et sa position permet de desservir au cœur de l’édifice. Deux autres halls, placés sur les voies latérales, rendent possible la partition de l’édifice en entités plus petites et autonomes. Le plan en «peigne» permet une très bonne distribution et un excellent éclairage naturel de premier jour.

les logements
A la continuité bâtie des bureaux répond une fragmentation en plots, des logements localisés sur la place Dumont. L’alternance du bâti et des jardins donne une respiration et ouvre l’îlot sur l’espace public. Ce dispositif urbain permet également d’accéder chez soi par un jardin privé, à la manière d’une résidence et de renforcer les protections des halls.

architecture et volumétrie
Bien que les programmes de logements et de bureaux aient chacun leurs propres typologies, le projet tente de créer une identité commune, grâce à la volumétrie générale, au choix des matériaux et aux couleurs.
Continuité de la façade: nous proposons la brique comme matériau dominant, car elle est pérenne, durable, avec des aspects très riches et variés. Cette mono-matière s’interrompt aux jonctions entre les 2 programmes: un volume en creux sert alors de transition entre les hauteurs différentes de planchers et entre l’ordre horizontal des menuiseries des bureaux et l’ordre vertical de celles des logements.
Bien que la composition sur l’av. Casanova soit fragmentée dans sa longueur et sa hauteur, la pose d’un «tissu» métallique devant la façade en creux permet de retrouver une continuité tout en offrant une différence: être un support de végétation, comme un rappel des jardins des logements.
Si nous n’avons pas souhaité différencier le socle du corps central de l’édifice, nous avons, au contraire, valorisé l’attique par une rupture du langage architectural et par le matériau lui-même. Au mat, à la trame serrée et à la profondeur de la brique du corps central qui rattache le bâtiment au sol s’oppose la verticalité, l’immatérialité, les reflets, les jeux de lumière de l’attique. Ce dernier est effectivement constitué de verticales en aluminium anodisé champagne; la pose des menuiseries au nu intérieur renforçant ladite verticalité.
L’immeuble de logements est plus unitaire; si la continuité de la mono-matière est respectée sur la totalité de ses volumes, nous apportons cependant une variante dans la texture de la brique afin de distinguer les façades sur le jardin. Nous proposons qu’au mat de la brique extérieur se substitue la brillance de la brique émaillée de la même tonalité afin de donner davantage de reflet et de lumière. Ainsi au lisse et à la continuité des façades urbaine vient succéder un traitement et des façades aux lumières et aux reflets différents, avec des balcons et des terrasses en saillies qui vont renforcer leurs domesticité.

 

 

* perspectives Olivier Donnet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s